Selahattin Demirtas – Rencontre Elmar Brok au PE

IMG_0590Le co-président du HDP Selahattin Demirtas et Eyyup Doru, représentant du HDP en Europe, ont rencontré Elmar Brok, membre allemand du Parlement européen pour le Parti Populaire européen et actuel président de la Commission parlementaire pour les Affaires étrangères et président de l’Union des fédéralistes européens (UEF), au PE ce matin.

Elmar Brok a introduit la conversation en décrivant la situation en Europe comme étant très pessimiste et a précisé que cette dernière était entourée par le feu depuis quelques temps alors qu’avant elle était entourée de nombreux amis, propos auxquels le co-président du HDP a répondu en disant que pour eux, la situation n’était finalement pas si sombre ni sans espoir, en soulignant que les Kurdes étaient toujours positifs et savent que la paix est sur leur chemin même si certains dirigeants politiques essaient de la saboter coûte que coûte.
Il a également dit que Erdogan recevait trop d’attention et que la Turquie avait eu maintes fois l’opportunité de jouer un rôle clé en tant qu’acteur de premier plan dans le conflit Syrien mais a décidé, plutôt que de trouver une solution politique à la question, de créer des problèmes et d’aggraver la situation du fait de sa peur des Kurdes syriens, qui plonge la Turquie dans la paranoïa en raison des 20 millions de Kurdes vivant en Turquie.

Demirtas a ajouté que si la Turquie n’avait entrepris ses stratégies malsaines et dangereuse en Syrie, la question liée aux réfugiés n’aurait jamais prise une telle ampleur aujourd’hui.
Selahattin a également souligné que la dernière déclaration de Mogherini à Ankara avait été formulée de manière très positive et que ce type d’appel devraient selon lui être répétés plus souvent par les dirigeants européens, en ajoutant que l’Europe devrait faire des appels cohérents et plus honnêtes afin de limiter les politiques meurtrières de l’AKP.

Il dit que son parti le HDP soutenait également les négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE et a insisté sur le fait qu’il y avait actuellement d’énormes violations des droits de l’homme dans les villes kurdes de Turquie sans même que l’Europe n’élève la voix, ajoutant qu’il attendait de l’Union européenne qu’elle envoie des délégations de tous les groupes sur le terrain pour que ces dernières puissent témoigner objectivement de la situation. Il a dit que des rapports complets venaient directement du terrain dans les bureaux des institutions européennes mais que malheureusement ces dernières avaient décidé de garder le silence face à ces tragiques évènements.

Il a enfin souligné qu’en tant que troisième parti au Parlement turc, ce dernier était prêt à mettre tous ses efforts en vue de la résolution du conflit en Syrie, afin que se résolve à long terme la crise des réfugiés et a également attiré l’attention de M. Brok au sujet  de la conférence de Genève où les Kurdes sont empêchés de participer, disant qu’il n’y aura pas de paix possible en Syrie sans la contribution du PYD.

Elmar Brok déclaré pour sa part qu’un mécanisme de direction manquait clairement à Ankara et qu’ils avaient eu l’occasion d’assister à la reprise des pourparlers de paix avec Öcalan mais que les négociations se sont effondrées en raison de la volonté de M. Erdogan d’un système présidentiel.

Il a mentionné, à côté de la crise des réfugiés syriens, qu’une autre crise émergente était celle des personnes forcées de se déplacer à l’intérieur de la Turquie suite à la guerre menée par l’AKP et a dit que sans un cadre d’action cohérent les gens continueraient à fuir, et qu’il était donc plus qu’urgent de coopérer avec la Turquie dans ce sens là.

Selahattin Demirtas et Eyyup Doru ont conclu en déclarant que leur parti était largement en faveur d’une coopération Europe-Turquie mais que l’Europe devait impérativement cesser de fermer les yeux à ces violations graves, ont signalé qu’en Syrie ces violations étaient d’autant plus graves, et ont terminé en déclarant que la démocratie allait finir par l’emporter en Turquie.