Communiqué de Hauts représentants du PE sur les détentions des députés du HDP

Martin Schulz, président du PE:

“Les détentions d’aujourd’hui envoient un signal effrayant de l’état du pluralisme politique en Turquie. Selahattin Demirtaş, Figen Yüksekdag et les parlementaires du HDP sont des représentants légitimes et démocratiques de la société turque. Le HDP est le troisième plus grand groupe de la Grande Assemblée nationale de Turquie.

J’ai rencontré Selahattin Demirtaş plusieurs fois. C’est un leader engagé dans le processus de paix, la non-violence, le dialogue politique et l’état de droit. Lors de notre dernière réunion à la fin du mois de septembre, il craignait déjà être le prochain dans la ligne pour être détenu.

Avec cette dernière série de détentions de haut niveau – une continuation de la répression contre d’autres représentants élus du HDP- les autorités turques ne sont pas seulement en train de pousser la Turquie plus loin de la démocratie, mais elles tournent aussi le dos aux valeurs, principes, normes et règles qui sous-tendent les relations EU-Turques.

Je suis en contact permanent avec le Haut-Représentant/Vice-Présidente Mogherini, le Commissaire Hahn et les responsables des groupes politiques au Parlement concernant les derniers développements en Turquie. Ces événements doivent être traités d’urgence.

La Turquie est un pays candidat à l’Union européenne et membre de l’Union douanière. Les mesures prises par le gouvernement remettent en question la base de la relation durable entre l’UE et la Turquie ainsi que l’engagement du gouvernement turc envers les valeurs démocratiques et ses aspirations européennes ».

La HR Mogherini et le Commissaire Hahn:

L’Union européenne est gravement préoccupée par la détention, hier soir, de plusieurs membres du HDP, de la Grande Assemblée nationale turque, pour des accusations d’appui à des activités terroristes. Parmi les personnes détenues figurent les co-présidents du parti, Mme Figen Yüksekdağ et M. Selahattin Demirtaş, tous deux leaders démocratiquement élus et nos interlocuteurs de confiance et de valeur.

Ces développements s’ajoutent aux inquiétudes exprimées après que l’immunité de plus de 130 députés démocratiquement élus ait été levée au mois de mai dernier. Ils compromettent la démocratie parlementaire en Turquie et exacerbent la situation déjà très tendue dans le Sud-Est du pays, pour laquelle il ne peut y avoir qu’une solution politique.

L’UE considère comme légitimes les actions contre le PKK, également listées comme une organisation terroriste par l’UE. En même temps, l’UE estime que de telles actions ne doivent jamais miner les principes fondamentaux de la démocratie.

Nous attendons de la Turquie qu’elle sauvegarde sa démocratie parlementaire, y compris le respect des droits de l’homme et de l’État de droit, et nous transmettons ces attentes directement aux autorités turques.

Avec le Conseil de l’Europe, l’UE continuera à suivre et à évaluer la situation de très près, en coordination constante avec tous les États membres.