Déclaration du HDP sur les raids policiers en cours

Après l’attentat à la bombe qui a eu lieu ce week-end à Istanbul, le ministre de l’Intérieur a déclaré aussitôt qu’il vengerait cet action, et aujourd’hui, la répression de longue durée contre notre parti s’est accélérée.

À Istanbul, Ankara, İzmir, Mersin, Adana, Antep, Urfa, Hakkâri et Manisa, 216 cadres et membres de notre parti ont été arrêtés à l’aube par des raids soudain à leurs domiciles.

Le chiffre exact de ces arrestations n’est pas clair à mesure que les détentions se poursuivent.

En plus de nos co-présidents provinciaux à Istanbul, Ankara, Adana et Hakkâri, un grand nombre de co-présidents et de cadres de districts ont également été détenus.

Le bâtiment principal de notre parti à Istanbul a été complètement pillé à 04h30 du matin, et des messages prenant la forme de graffitis tels que:  «Nous sommes venus, vous n’étiez pas là», ou encore «nous reviendrons» ont été retrouvés sur les murs des locaux. De tels messages étaient également couramment utilisés lors des couvre-feux à Sur, Cizre et Şırnak.

Hier, le ministre de l’Intérieur Süleyman Soylu a fait une annonce dans le cadre de l’attentat à la bombe à Istanbul, où beaucoup de gens ont perdu la vie, déclarant: « Tout de suite, la première priorité des forces de sécurité de la République de Turquie sera de se venger de ceux qui ont fait cela, que ce soit sur terre, en l’air, en mer, où qu’ils soient ». Moins de 24 heures après cette déclaration, une agression à part entière envers notre parti a débuté, qui n’aboutira pourtant qu’à une intensification de la polarisation sociale et politique.

Le Comité exécutif central de notre parti, dans son message de condamnation publié immédiatement après ces attentats à la bombe, a avertit des conséquences de ce type d’approche:

«Nous condamnons ces attaques dans les termes les plus forts. Nous ressentons une grande tristesse et partageons la douleur. Nous tenons à exprimer nos condoléances aux défunts, souhaitons un prompt rétablissement aux blessés et transmettons notre profonde sympathie à leurs familles. Chacun doit faire son devoir pour mettre fin à cette douleur et empêcher que de tels maux se reproduisent. Il est nécessaire de mettre immédiatement fin aux politiques, discours et tons qui ne font que provoquer d’avantage de tensions, de polarisations, d’hostilités et de conflits ».

Hişyar Özsoy
Vice-Coprésident du HDP Responsable des Affaires étrangères et député adjoint pour la ville de Bingöl.