Décision de faire comparaître de force 8 députés du HDP devant les tribunaux

Comme on le sait depuis le 14 avril 2009 des milliers de politiciens kurdes ont été arrêtés suite aux opérations politiques connues sous le nom de KCK et de nombreux dossiers ont été ouverts contre eux.

L’un de ces cas, également connu sous le nom de « cas principal » du KCK implique le vice-président du Groupe parlementaire et députée HDP pour la ville de Diyarbakir Çağlar Demirel, la députée pour la ville de Ağrı Dirayet Dilan Taşdemir, le député pour la ville de Dersim Alican Önlü, la députée pour la ville de Hakkari Selma Irmak, le député pour la ville de Muş Ahmet Yıldırım, la députée pour la ville de Siirt Besime Konca, le député pour la ville de Urfa Osman Baydemir et le député pour la ville de Van Nadir Yıldırım. Parmi eux, notre députée de Hakkari Selma Irmak est toujours détenue dans la prison de Silivri dans le cadre d’une autre enquête.

Nous tenons à préciser par ailleurs que le procureur et les membres de la cour desservant cette affaire ont également été arrêtés pour appartenance au groupe guléniste impliqué dans le complot de juillet 2016.

Le 20 mai 2016, l’immunité de nos parlementaires avait été rétroactivement levée pour une certaine période alors que les dossiers concernant nos députés jugés dans le cadre de cette affaire étaient empreints de discrimination.

Lors de l’audience qui avait eu lieu le 10 novembre 2016 à Diyarbakır, l’assignation à comparaître par la force devant la Cour avait été annulée et l’audience avait été reportée au 11 avril 2017.

Le 12 décembre 2016, une autre décision du tribunal de saisir nos députés par la force a été ré-adopté et l’exécution immédiate de cette nouvelle décision a été ordonnée.

Cette nouvelle décision sans précédant signifie qu’il est possible que nos députés mentionnés ci-dessus soient détenus et arrêtés à tout moment.

Nous en avons été témoins lors de la détention devant le bureau du Procureur, hier soir, de la députée-adjoint de notre groupe parlementaire et députée  pour la ville de Diyarbakir Çağlar Demirel et de notre porte-parole de l’Assemblée des femmes du HDP, la députée pour la ville de Siirt Besime Konca. A travers cette démarche, notre parti, engagé pour la démocratie, subira un nouveau coup dur dans ses activités politiques; la capacité de notre parti à participer au processus parlementaire sera de nouveau minée.

Parti Démocratique des Peuples
Bureau de presse
13 décembre 2016