Continuation de la répression sur le HDP

Les pressions illégales du gouvernement Erdoğan-AKP sur les députés et les membres du HDP continuent sans relâche, dans le cadre du processus référendaire cette fois.

Alors que nos co-présidents et dix de nos députés demeurent en prison depuis le 4 novembre 2016, les mises en détention et les arrestations de nos maires-adjoints, dirigeants et membres se poursuivent dans de nombreuses provinces dans le cadre de la campagne référendaire du gouvernement.

Le 7 février, Mme Dilek Öcalan, députée HDP pour la ville de Urfa, a été arrêtée à Istanbul. Elle est accusée de «faire de la propagande de terreur» et pour avoir prononcé un discours prononcé à Viranşehir le 23 février 2016. Cette dernière a été libérée après avoir témoigné. Le 8 février, Mme Leyla Zana, députée d’Ağrı et lauréate Sakharov du Parlement européen, a été détenue à Diyarbakır. Elle est également accusée de «faire de la propagande de terreur» en raison de l’un de ses discours donné à Ağrı lors de sa campagne électorale. Mme Zana a été libérée sous condition des contrôles judiciaires.

Hormis nos adjoints, les dirigeants du parti et membres du HDP sont également soumis à de fortes pressions. Les 6 et 9 février, la police a détenu une centaine de dirigeants et membres du HDP/DBP dans les villes d’Istanbul, Ağrı et Adana. Suite à l’ordre de confidentialité concernant leurs dossiers, nous n’avons pas été en mesure de connaître les accusations portées contre eux.

Ces détentions illégales constituent le fondement stratégique de la campagne du Président Erdoğan pour le référendum: paralyser le HDP sur le plan organisationnel afin que ce dernier ne puisse pas mener une puissante campagne «Non».

Ces attaques croissantes contre l’opposition démocratique en général et le HDP en particulier ont cependant déjà mis en péril la légitimité des résultats du référendum. L’opinion publique et les institutions démocratiques, tant nationales qu’internationales, devraient assumer leur responsabilité et prendre des mesures contre les politiques antidémocratiques du gouvernement lors de ce processus référendaire, au risque de voir le niveau de répression politique s’aggraver au fur et à mesure que nous approchons de la date du référendum.

Hişyar Özsoy
Député, Co-président adjoint du HDP chargé des affaires étrangères