La révocation du statut de Figen Yüksekdag en tant que parlementaire est inacceptable

La révocation de son titre de députée de la co-présidente du HDP Figen Yüksekdağ au parlement en tant que fait accompli est inacceptable. La révocation de sa position au Parlement piétine une fois de plus la constitution et représente un effort pour donner une apparence de légalité aux décisions politiques du gouvernement.

Le gouvernement Erdoğan-AKP tente actuellement de surmonter sa propre impasse politique en même temps que la crise économique et sociale en Turquie en violant la loi et en attaquant à nouveau le HDP.

Il est devenu évident que le gouvernement Erdoğan-AKP ne sera pas en mesure d’atteindre les résultats référendaires attendus dans ce contexte de crise, d’où le recours, une fois de plus, aux méthodes malfaisantes qu’ils ont utilisé dans le passé. Cette mentalité, qui considère toutes les manières de briser la loi comme étant légitime, continue de préparer le terrain pour un état de non-respect des lois après le référendum.

Après la levée de l’immunité parlementaire de nos députés et l’arrestation anticonstitutionnelle de ces derniers, le gouvernement a fait un pas de plus en révoquant le statut de députée de Mme Yüksekdağ, ignorant ainsi  à nouveau la volonté du peuple.

Cette situation est tout à fait inacceptable et illégale. Nous demandons par conséquent à la présidence du Parlement de se détourner d’urgence de ce non-respect de la loi en rectifiant leurs erreurs.

La révocation du statut de députée de notre co-présidente Figen Yüksekdağ est une tentative d’intimidation envers nous et envers notre peuple.

Nous ne nous sommes, jusqu’à ce jour, jamais agenouillés, ni avons cédé à aucune de ces attaques. Dans le but de contrarier l’ambition de tous ceux qui tentent de nous intimider avec la répression, les gardes à vue et les arrestations, nous continuerons à dire «NON» de toute notre force.

Nous continuerons notre lutte avec ces propos de notre co-présidente, Figen Yüksekdağ:

«Nous ne céderons pas! Nous serons l’ennemi, la malédiction, la fin de ce régime dicté par le coup ».

Nous serons certainement ceux qui gagneront.

 Le comité exécutif  du Parti Démocratique des Peuples,

Ankara le 21 février 2017