Déclaration du HDP concernant la poursuite des pressions envers l’opposition

Les pressions pesant sur l’opposition démocratique de façon générale, et sur le HDP en particulier, n’ont cessé depuis le référendum du 16 Avril 2017 en Turquie.

Dès le 18 Avril, l’Etat d’urgence national était prolongé de trois mois pour la troisième fois consécutive. Le lendemain, 19 Avril, Burcu Celik, députée HDP de Muş, était arrêtée pour « incitation à la haine et à l’hostilité » et « propagande terroriste » en raison du discours qu’elle avait prononcé en 2015. Elle est actuellement détenue à la prison de Sincan, à Ankara, en cellule d’isolement.

Deux jours plus tard, 21 Avril, étaient jugés six responsables politiques kurdes, dont le co-président du DBP, des maires et des députés HDP ; au même moment, Meral Danış Beştaş, députée HDP d’Adana et Nursel Aydoğan, députée HDP de Diyarbakir étaient remises en liberté dans l’attente de leur procès.

Le même jour, deux tribunaux distincts ordonnaient le maintien en détention de Sebahat Tuncel, co-présidente du DBP, Gültan Kışanak, maire de Diyarbakir, Gülser Yıldırım, députée HDP de Mardin, et Ferhat Encü, député HDP de Şırnak. Les auditions Sebahat Tuncel et de Gültan Kısanak se poursuivront à Malatya, de Gülser Yıldırım à Mardin, et de Ferhat Encü à Şırnak.

Nursel Aydoğan, députée HDP de Diyarbakır a été arrêtée le 4 novembre 2016 pour « propagande terroriste » et « incitation à la haine et à l’hostilité ». Ces accusations portaient sur ses activités politiques, tel que ses discours ou sa participation à des assemblées publiques et des évènements politiques. Nursel Aydoğan a été remise en liberté et placée sous contrôle judiciaire. Son siège parlementaire est aujourd’hui remis en cause, suite à sa condamnation à 4 ans, 8 mois et 7 jours de prison prononcée par la seconde Cour d’assises de Diyarbakir. La sentence ayant été confirmée par La Cour d’appel de Gaziantep, le bureau du procureur de Diyarbakir a adressé une lettre officielle au Ministère de la Justice pour exiger la révocation du mandat parlementaire de Nursel Aydoğan, procédure semblable à celle utilisée pour contester le mandat parlementaire de la co-présidente du HDP, Figen Yüksekdağ. Nursel Aydoğan perdra sans doute son siège de député au Parlement lors de la séance plénière de la Cour.

Meral Danış Beştaş, interpellée le 31 janvier et détenue jusqu’au 21 avril 2017, a été remise en liberté, placée sous contrôle judiciaire et assignée à résidence. Les procureurs ont fait appel des décisions concernant la remise en liberté de Nursel Aydoğan et de Meral Danış Beştaş. La Cour qui a rejeté l’appel concernant la remise en liberté de Danış Beştaş n’a pas encore statué concernant celui de Nursel Aydoğan.

Nihat Akdoğan, député HDP d’Hakkari, détenu depuis le 7 novembre 2016, a été lui aussi remis en liberté le 26 avril 2017. Des nombreux procès contre lui sont encore en cours. Le procureur a demandé un nouveau mandat d’arrêt, mais la Cour n’a pas encore tranché.