Appel de Selahattin Demirtas au président Erdogan

Le co-président du Parti Démocratique des Peuples (HDP) Selahattin Demirtaş a lancé un appel ouvert à Tayyip Erdoğan depuis la prison d’Edirne après que ce dernier ait accusé  Demirtas de « terroriste » lors du sommet G-20 à Hambourg.

 Dans sa lettre intitulée «Appel ouvert au président de l’AKP», il s’y exprime comme suit:

« Tout d’abord, je vous retourne votre insulte, qui vise la volonté de millions de personnes, concernant ma personne. Cependant, j’aimerais vous remercier pour cet aveu.
Vous nous avez épargné de devoir prouver que le processus «judiciaire» en cours contre nous n’a rien à voir avec la loi mais a été personnellement décidée par vous-même.

Ceci est un appel ouvert:

Au cours de ces 8 derniers mois, les procureurs ainsi que plusieurs juges qui se trouvent sous vos ordres ne sont pas parvenus à trouver ne fut-ce qu’une seule preuve selon laquelle  j’aurais appelé les gens à brûler et piller dans les rues suite aux incidents de Kobanê du 6 au 8 octobre. Si vous êtes toutefois en possession d’une telle preuve, je vous invite à la remettre à vos procureurs qui cherchent désespérément quelque chose contre moi.

Je vous exprime ma «gratitude» pour avoir rendu le verdict selon lequel je suis un terroriste et selon lequel 54 personnes ont été tuées avant que mon procès ne débute réellement, rendant insignifiants et inutiles les procès ultérieurs. Tôt ou tard, je serais confronté à un juge. Il apparaîtra alors clairement devant l’œil public quels sont le terroriste et le meurtrier. Mais avant cela, tout est déjà clair aux yeux de Dieu.

A propos, 44 des 54 citoyens qui ont été massacrés lors des incidents de Kobanê étaient des membres du HDP. Alors que nos gens étaient assassinés dans les rues pendant les incidents de Kobanê, des villes comme Cizre et Sur étaient détruites, des civils étaient massacrés, ceux qui ont tenté de perpétrer un coup d’état le 15 juillet dernier étaient en service en tant que gouverneurs, commandants, chefs de police, Procureurs et juges.
Malgré que ces personnes aient ouvertement participé au coup d’Etat du 15 juillet et aient assassinés impitoyablement des centaines de citoyens civils, au lieu d’enquêter sur le fait qu’ils ont eu un rôle dans le massacre et les provocations du 6 au 8 octobre, vous rejetez toute la faute sur moi. Vous venger par conséquent sur un rival politique relève absolument de l’ignorance.

Vous êtes responsable, au premier degré, de chaque incident qui s’est déroulé dans ce pays, parce que vous avez gouverné ce pays depuis 15 ans. Vos tentatives de faire oublier les gens ne sont pas invisibles.

 M’attaquer injustement, sous la panique, malgré que je sois derrière les barreaux, est une approche qui s’éloigne du courage. Je veux que vous sachiez que je ne crains personne d’autre que Dieu.

Je ne serais pas suffisamment sans mérite que pour vous prier, vous ou les instruments de tyrannie qui se trouvent sous vos ordres. Je n’accepterais jamais le déshonneur et la soumission, même si je devais passer le restant de mes jours en prison.

En tant que HDP, et avec tous les alliés du HDP, nous résisterons au fascisme, dans les prisons comme à l’extérieur, et n’avons aucun doute sur le fait que nous vaincrons.

Je veux que vous sachiez que même si je suis dans une cellule de Type-F, ma conscience est claire, je suis courageux et je suis heureux. Alors ne vous « inquiétez pas pour moi svp ».