Nous exigeons la libération immédiate des co-présidents du HDP et d’autres députés dans les prisons turques

Le monde dans lequel nous vivons est un terrain d’action à plusieurs niveaux. Plus de sept milliards d’entre nous parlent des milliers de langues et prient au moins autant de dieux. Les gens se battent pour leur liberté, leurs droits, leur amour et leur bonheur, et leurs efforts portent fruit: ils contribuent à faire du monde un endroit diversifié et plus coloré – mais pas partout. Cela ne fait pas toujours la une dans les médias ou n’inonde pas l’actualité des médias sociaux, mais dans de nombreux pays, les gens se battent tous les jours pour la démocratie et la justice. L’un de ces pays est la Turquie.

Dans la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan, l’année 2017 n’est pas colorée mais teintée de noir et de blanc. Le monde est divisé entre les fidèles à Erdoğan et ceux qui ne le sont pas, ces derniers étant qualifiés de «terroristes», de «traîtres» ou d ‘«ennemis» par son régime de plus en plus autoritaire. L’opposition – peu importe laquelle – est punie avec la plus grande rigueur.

Il est clair pour nous que le gouvernement turc a utilisé le coup d’Etat du 15 juillet 2016 comme une opportunité et un prétexte pour faire taire toutes les voix d’opposition dans le pays.

Les opinions dissidentes sont censurées; des politiciens, des journalistes, des intellectuels, des militants pour les droits de l’homme, des universitaires et bien d’autres sont emprisonnés. Il existe également de nombreuses formes de résistance à cette tyrannie – au sein du parlement et au-delà. L’objectif étant d’empêcher la Turquie de devenir une dictature de la peur et de la répression.

Ces forces politiques et sociales confrontées à cette répression du régime d’Erdoğan méritent notre respect, notre soutien et notre solidarité.

Nous ne laisserons pas la Turquie à la tyrannie d’Erdoğan, mais resterons solidaires de toutes les forces démocratiques en Turquie. Aussi insignifiant que cela puisse paraître, il n’y a pas de démocratie sans opposition.

La persécution systématique du Parti Démocratique des Peuples (HDP), l’emprisonnement de ses co-présidents Selahattin Demirtaş et Figen Yüksekdağ, ainsi que de 13 autres députés du HDP, dont quatre ont depuis été libérés, constituent une attaque contre la pluralité démocratique de la Turquie. Nous ne pouvons pas l’accepter.

Nous sommes du côté de ceux qui se battent pour la démocratie et la justice. Nous exigeons la libération immédiate des co-présidents du HDP et des autres députés dans les prisons turques. Ils représentent plus de six millions d’électeurs en Turquie qui luttent ardemment pour établir un avenir démocratique dans lequel les droits de l’homme, les libertés fondamentales et la primauté du droit seraient respectés.

Noam Chomsky, Antonio Negri, Michael Hardt, Chantal Mouffe, Slavoj Žižek, Colin Crouch, Elfriede Jelinek, Axel Honneth, Hito Steyerl, Joseph Vogl, Nancy Fraser, Rebecca Harms, Wolfgang Tillmans, Yanis Varoufakis, Gabriele Zimmer, Takis Hadjigeorgiou, Jean-Paul Denanot, Costas Mavrides, Marek Plura, Tiny Kox, Marietta Tidei, Sergei Stanishev, Monica Frassoni, Konstatin Woinoff, Pablo Iglesias Turrión, Pierre Laurent, Gerry Adams, Jonas Sjöstedt, Pernille Skipper, Katja Kipping, Bernd Riexinger, Eric Coquerel, Danielle Simonnet, Jean-Luc Mélenchon, Evelyne Huytebroeck, Lena Rådström Baastad, Bjørnar Moxnes.

Decembre 2017