Déclaration du HDP sur la répression actuelle de l’opposition démocratique

Le gouvernement de l’AKP lance une répression à la veille du Congrès du HDP

Aujourd’hui, 9 février 2018, les procureurs d’Erdoğan ont émis des mandats d’arrêts contre tous les dirigeants de l’assemblée constituante du Parti Démocratique des Peuple (HDP): le Prof. Dr. Onur Hamzaoğlu, Co-porte-parole du Congrès Démocratique des Peuples (HDK); Mme Fadime Çelebi, vice-présidente du Parti socialiste ESP; Mme Kezban Konukçu, porte-parole de la Plate-forme de solidarité socialiste (SODAP); Mme Eylem Tuncaelli et M. Naci Sönmez, Co-porte-parole du Parti de la Gauche Verte et M. Ahmet Kaya, Co-président du Parti de la Reconstruction Socialiste (SYKP) ont été arrêtés. Il y a également des mandats émis contre la co-présidente du HDP, contre Mme Serpil Kemalbay, porte-parole du HDK, Mme Gülistan Koçyiğit et la coprésidente du SYKP, Mme Tülay Hatimoğulları.

La répression de l’AKP envers l’opposition démocratique en Turquie et surtout envers le HDP a pris un nouveau tournant après l’invasion turque d’Afrin qui a commencé le 20 janvier 2018. Alors que nous approchons de notre 3ème Congrès Ordinaire ce 11 février 2018, les membres ainsi que les cadres du HDP sont devenus la cible spécifique pour les arrestations et des détentions.

Selon le ministère de l’Intérieur, le nombre de «détentions concernant Afrin» a atteint 573.

Erdoğan et la coalition AKP-Parti nationaliste au pouvoir, qui interdit de facto toutes les déclarations pro-paix et anti-guerre et estime que toute opposition à leur politique de guerre contre Afrin est une trahison, ont procédé à des arrestations et détentions massives.

Au cours de la dernière semaine avant notre Congrès, cela est devenu un prétexte pour une répression contre le HDP et nos partis constituants. Ont également été arrêtés à cette dernière étape: Mehmet Aslan, co-président du plus grand parti du HDP, le Parti des Régions Démocratiques (DBP), Mme Leyla Güven, co-présidente du Congrès pour une Société Démocratique (DTK).

À Izmir, 20 membres et dirigeants provinciaux de HDP, DBP, HDK, KESK (Confédération des syndicats des employés de la fonction publique) et de l’association Les Mères de la Paix, dont Mme Elif Çuhadar, membre du Conseil exécutif central du KESK, ont été arrêtés.

À Istanbul, 31 membres du HDP et du HDK, dont Can Memiş, membre du Conseil exécutif central du HDP, et Elif Bulut et Celaleddin Can, membres du Parti, ont été arrêtés.

Malgré tous ces obstacles et pressions sur notre parti, le HDP s’engage à tenir son Congrès de la manière la plus forte et à livrer ses messages sur la paix, la démocratie et la justice, ce 11 février.

Dans de telles circonstances, l’observation et la participation de la communauté internationale y sont encore plus essentielles.

Nous invitons une fois de plus toute la communauté internationale démocratique à suivre de près le congrès du HDP, à être vigilants et à protester contre la répression illégale à laquelle nous sommes confrontés, et à manifester votre solidarité avec le HDP.

La Commission des affaires étrangères du HDP