Les civils ne doivent pas payer le prix d’une guerre imminente à Idlib

La rupture sociale et politique s’est aggravée d’avantage avec l’implication de groupes de combattants et d’États étrangers dans le conflit syrien.
La montée en puissance du régime d’Assad autour d’Idlib indique que la région sera prochainement le théâtre d’affrontements parmi les plus violents depuis ces dernières années.
Selon des rapports de l’ONU, la population civile, victime de pertes incommensurables depuis le début de la guerre civile, où près de 400 000 personnes sont mortes à ce jour, se trouve de nouveau menacée. Aucune des parties impliquées dans la guerre ne prend la responsabilité de ces pertes humaines. Et pourtant, il est clair qu’aucune des parties ne déploient d’efforts suffisants pour évacuer les civils d’Idlib vers des zones sûres.
En tant que HDP, nous considérons la sécurité des civils comme une priorité majeure et nous attendons de toutes les parties, en particulier des Nations Unies, qu’elles traitent cette question avec la plus grande sensibilité. Nous insistons pour que les forces internationales prennent les mesures nécessaires pour engager un processus de protection des civils.

La guerre civile syrienne ne peut se terminer qu’avec la participation de toutes les parties locales, sans influence ni pression des puissances étrangères. Afin de reconstruire une Syrie démocratique et pluraliste, la communauté internationale, en particulier l’ONU, doit s’acquitter de ses responsabilités sur la base d’une paix durable.

Cependant, les déclarations et les positions apparentes des parties concernées concernant Idlib ont accru la tension et continuent de menacer la vie des civils.
Nous exigeons donc de ces dernières qu’elles adoptent une approche qui privilégie la sécurité des civils. En outre, une force d’observation indépendante doit intervenir pour procéder à l’évacuation des civils de la région, et toutes les parties présentes doivent se concentrer sur des méthodes diplomatiques et de coopérations afin de neutraliser les différents groupes d’Idlib responsables de nombreux crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

En tant que HDP, nous tenons à:

– Souligner une fois de plus qu’au lieu de restreindre les peuples syriens à l’intérieur des nouvelles frontières, il faut soutenir la reconstruction de la Syrie dans le cadre d’une nouvelle constitution qui sera véritablement unificatrice, démocratique et autonome.

– Soutenir chaque étape qui garantira le retour en toute sécurité et en paix des Syriens déplacés de force.

– Souligner une fois de plus que les forces internationales doivent adopter une approche positive en vue de créer une Syrie habitable avec un projet de paix sociale durable.

Nous exhortons tous les voisins de la Syrie, y compris la Turquie, à s’abstenir de toutes tentatives susceptibles d’entraîner une discrimination ethnique et sectaire et d’interférer avec les affaires intérieures de la Syrie.

Nous appelons toutes les parties, et en particulier le gouvernement de l’AKP, à abandonner toutes tentatives qui aggraveront la situation en transférant des combattants étrangers en Syrie et en leur fournissant un soutien logistique.

Nous exigeons que l’ONU enquête sur les crimes de guerre causés par le gouvernement AKP, tels que les déplacements forcés, le pillage des villes et les massacres de civils dans les territoires syriens, notamment Afrin, Jarabulus, Al Bab et Azaz.

Pervin Buldan & Sezai Temelli
Co-Présidents HDP
7 septembre 2018