Lettre concernant le verdict de Demirtaş et Önder

Un tribunal s’est prononcé dans le cadre des procès de notre ancien co-président, Selahattin Demirtaş ainsi que de notre 26e membre du Parlement Sırrı Süreyya Önder, condamnant Demirtaş à quatre ans et huit mois et Önder à trois ans et six mois d’emprisonnement. Les accusations se réfèrent au rôle que ces derniers ont joué dans le cadre du processus de paix or l‘affaire elle-même, ainsi que le verdict rendu aujourd’hui, ne sont pas enracinés dans la loi mais constituent plus précisément un verdict politique. Cette décision est un signe clair de la politique du gouvernement qui est anti-paix et en faveur de la guerre.
La coalition AKP-MHP cherche actuellement à mettre fin à un conflit dans la guerre en Syrie dans les zones où sont concentrés les gangs, mais ils ne considèrent pas le peuple kurde ou la société turque comme méritant la paix.
Ce qui a été puni ici, c’est l’espoir, incarné par Demirtaş et Önder, que les peuples de Turquie avait misé pour la paix et la réconciliation. Avec cette décision, le parti au pouvoir a pour objectif de démanteler et éradiquer la poursuite de la paix par la société.

Parallèlement, le parti au pouvoir enfreint la «loi sur les solutions et les négociations» adoptée par le Parlement et qui promet des garanties aux acteurs du processus de résolution. De cette manière, l’AKP et ses administrateurs ont prouvé une fois encore qu’il ne fallait en aucun cas leur faire confiance.

Cinq ans auparavant, des mesures n’ont-elles pas été prises en présence de toute la population turque pour résoudre pacifiquement la question kurde? N’a-t-on pas semé des graines de paix à travers le pays pour que les mères ne pleurent plus leurs enfants? Les comités des sages n’ont-ils pas été créés et n’ont-ils pas mené d’activités dans les sept provinces de la Turquie? Les visites à l’île d’Imralı, à Abdullah Öcalan et dans la montagne de Kandil n’ont-elles pas été faites sous la reconnaissance de l’État et de l’appareil de sécurité? Tous ces processus n’ont-ils pas eu lieu devant et avec le consentement de la société?

Nos collègues et députés, qui ont rempli leurs responsabilités tout au long de ces processus, n’ont-ils  pas été emprisonnés, sapant une fois de plus l’aspiration de ce pays pour la paix?

La paix est plus importante que le pouvoir, les élections ou les manœuvres politiques visent à apaiser les besoins d’une certaine période. Pour nous, la paix est une question qui ne peut être sacrifiée pour la survie politique d’un parti politique. Tôt ou tard, cette paix dont cette société a tant besoin, comme elle a besoin de pain ou d’eau, se réalisera et ceux qui n’auront pas rempli leurs responsabilités envers cette société pendant ce processus devront faire face au mépris et à la condamnation de l’histoire et de la société.

Le verdict est contraire à la loi et aux principes universels du droit. Il est également non éthique de punir l’effort politique et le travail qui ont été déployés pour empêcher la perte de vies humaines.

Avec ce verdict, une fois de plus, il est confirmé que le système judiciaire turc est partial et dépendant du gouvernement. La délégation du tribunal a clairement indiqué qu’elle n’était ni juste ni impartiale quant à son attitude au cours des procédures et du processus de défense.

Le tribunal a rejeté une demande d’expertise et il n’y a pas de transcription de conversation dans le dossier, mais seulement quelques notes prises par des policiers. Les pratiques de ce panel de juges n’ont rien à voir avec les conventions démocratiques internationales ratifiées par la Turquie, l’article 90 de la Constitution, la Convention européenne des droits de l’homme ou la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme.

L’histoire se souviendra avec honte de ceux qui ont passé ce verdict et de ceux qui la soutiennent politiquement. Le Moyen-Orient et la Turquie ont été un cimetière politique des puissances dirigeantes qui ont cherché la guerre, et ceux qui se sont efforcés aujourd’hui de prendre cette décision occuperont leur place méritée.

Ce verdict sera condamné dans la conscience des peuples de Turquie qui veulent la paix, l’égalité et la démocratie. Mais ce verdict a stimulé notre volonté politique pacifique: notre lutte pour la paix et la démocratie se poursuivra de manière encore plus déterminée.

Demirtaş et Önder ne se sont pas inclinés un seul instant devant le tribunal, ils n’ont pas renoncé à leurs opinions et ils ne se sont pas abstenus d’exprimer leurs opinions.

Ceux qui pensent pouvoir changer la position digne et déterminée de Demirtaş et Önder par de telles punitions se trompent complètement. Face à ces pratiques de liquidation envers le HDP, aucuns de nos membres, de nos dirigeants de parti ou de nos députés ne se sont soumis, et il ne fait aucun doute que cela continuera de la sorte.

Nous ne reculerons pas d’un seul pas pour défendre la solution et le processus de négociation à İmralı et susciter l’espoir de paix. L’aspiration à la paix de Demirtaş et Önder, qui a été puni aujourd’hui, est également notre aspiration. Nous continuerons sur cette voix de la manière la plus déterminée.

Nous appelons les peuples de Turquie à soutenir cette volonté, la politique démocratique et la lutte pour la paix et la démocratie. La Turquie finira par atteindre la démocratie. Sans aucun doute, nous allons gagner.

Saruhan Oluç,
Porte-parole du HDP et député pour Istanbul.