Conférence de presse sur les incendies de Dersim au PE

Les incendies de forêt provoqués par l’État turc à Dersim et autres endroits dans le nord du Kurdistan  ont été soulevés au Parlement européen dans le cadre d’une conférence de presse intitulée: «Les incendies de forêt dans la région kurde de Turquie».

L’ancienne co-présidente du groupe des Verts au Parlement européen, Rebeca Harms, le député pour la gauche Unitaire Miguel Urbán Crespo et Costas Mavrides du groupe socialiste ont organisé la conférence de presse à laquelle Eyup Doru, représentant du HDP Europe, était invité.

Doru a déclaré:

«Les incendies de forêt causés par les bombardements militaires ordonnés par le gouvernement turc ont repris. L’État turc applique de nouveau une politique de «terre brûlée», comme par le passé. Ces incendies de forêt résultent de cette politique.

Neuf de nos députés, y-compris le porte-parole de notre groupe parlementaire se sont rendus sur place pour participer à une action de sauvetage avec la population civile locale pour limiter la propagation des incendies mais les forces de l’ordre les ont empêcher d’accéder aux lieux.

La presse turque ou la presse internationale ne font pas cas de cette situation grave. Mais l’Union européenne et le Parlement européen, ainsi que d’autres institutions européennes n’auraient pas dû garder le silence à ce sujet. Nous nous attendons à ce que ces derniers enquêtent sur la question et transmettent au gouvernement turc une réaction appropriée».

“Ils veulent arrêter le succès des Kurdes”

Miguel Urbán Crepo a déclaré que les responsables turcs appliquaient une «politique punitive» pour arrêter la réussite des Kurdes: «Nous condamnons fermement cette décision et attendons de l’UE et du PE qu’ils réagissent en tant qu’institutions».

Urbán Crespo a ajouté: «Il existe déjà une violation générale des droits de l’homme, de la liberté d’expression et la liberté de la presse ont été bafouées, et c’est notre droit le plus naturel d’attendre que l’UE réagisse.

“L’aide financière doit être suspendue”

Urbán Crespo a continué:

«Le PE doit émettre une déclaration. Tous les fonds d’adhésion et d’adaptation doivent être suspendus, toute aide financière doit être suspendue et, si une aide financière doit être accordée, il faut que cela se fasse dans le cadre  d’une progression des droits de l’homme et une reconnaissance des droits politiques du peuple kurde. Tant que les violations systématiques des droits par Erdoğan et ce que subissent les populations kurdes ne cesseront pas, la relation avec la Turquie doit être limitée à ce seul niveau.

«En tant que Gauche Unitaire Européenne, nous ne laisserons pas cette question sans réponse», a déclaré Crespo. Le groupe des Verts a pris conscience de ce problème, mais nous devons demander au rapporteur du PE et au groupe socialiste de s’y attarder plus activement. »

Eyup Doru a répondu aux questions et a déclaré que l’UE et les Etats membres ne devraient pas accorder de crédit sans condition à la Turquie concernant la question de l’accueil des réfugiés et a conclu en ajoutant: «Ils doivent adopter une position concrète pour la démocratisation de la Turquie en générale”.