Détentions des membres du HDP en prévision des prochaines élections locales

A l’approche des élections locales prévues à la fin du mois de mars 2019, les politiques de détention et d’arrestation des membres du HDP ont été réactivées. La semaine dernière, plus de 200 personnes ont été interpellées lors de raids policiers violents dans des maisons dans plusieurs provinces. Encore une fois, les publications à travers les médias sociaux ont été l’une des principales excuses.

Le 6 octobre, 49 administrateurs et membres du HDP, dont Nizamettin Toğuç et Berivan Helen Işık, co-présidents respectifs du bureau du HDP à Batman, ont été arrêtés après plusieurs descentes de police dans les provinces de Batman, Ankara, Muş, Ağrı, Mardin et Urfa.

Au cours de ces raids, la police est entrée dans de nombreuses maisons en brisant les portes. La co-présidente, Mme Işık, a par ailleurs été battue pendant son incarcération.

Trois jours plus tard, le 9 octobre, plus de 120 personnes dont Mehmet Şerif Camcı, co-président du bureau de HDP à Diyarbakir, des administrateurs du Congrès pour une Société Démocratique (DTK) et plusieurs journalistes ont été arrêtés à Diyarbakır, Istanbul, Van, Şırnak, Urfa, Batman, Mersin et Mardin. Il y a des nouvelles selon lesquelles la liste est plus longue et il y aura plus de détentions et d’arrestations.

De telles pressions politiques sur le HDP et les Kurdes sont devenues une pratique répandue avant les élections générales et locales pour paralyser le HDP en tant que rival politique. Et ce n’est sûrement pas une coïncidence si avant chaque opération de police de masse de ce type, les responsables de l’AKP, en particulier le président Erdoğan, dépeignent le HDP comme une cible à éliminer. Après les élections du 24 juin, Erdoğan avait menacé les membres et les partisans du HDP en déclarant que «ceux qui soutiennent le HDP pour entrer au parlement seront traduits en justice».

Nous nous attendons à ce que l’alliance AKP-MHP continuent de faire usage de ces violences policières illicites ainsi que du pouvoir des tribunaux pour faire taire toutes les voix dissidentes dans le pays à l’approche des élections.

Or, ceux qui pensent pouvoir intimider le HDP avec de telles pressions devraient se pencher sur les résultats des élections du 24 juin, avant lesquelles des milliers de nos administrateurs et membres avaient été arrêtés.

Notre lutte politique continuera infailliblement, jusqu’à ce que nous construisions un pays démocratique et ce pour tous les secteurs de la société en Turquie.

Hişyar Özsoy
Vice-président du HDP chargé des affaires étrangères
Député pour la ville de Diyarbakır
11 octobre 2018