Communiqué GABB

Amed, 10-10-2014
A  l’attention de la communauté internationale
Les attaques inhumaines et violentes de DAESH depuis le 3 août 2014 dans les régions de Sînjar (Mont Shengal) et  Makhmour situées dans le gouvernement régional du Kurdistan, et depuis le 15 septembre 2014 dans le canton de Kobanê de Rojava, dans le nord de la Syrie, ont causé des milliers de morts; des centaines de femmes- le nombre exacte n’est pas connu- capturées, violées, et vendues en tant qu’esclaves; des dizaines d’enfants sont morts de faim et de soif et environ 500 000 personnes ont été déplacées.
DAESH, en terrorisant la région ces trois dernières années, tuant les gens avec des méthodes de guerre inhumaines, n’ayant aucune tolérance pour pour les différentes religions, sectes, cultures et ethnicités, a provoqué une importante tragédie humaniatire dans la région. Les Yézidis, Kurdes, Turkmènes, Chaldéens, et les Shiites sont ceux qui ont éxposés à la violence de DAESH à un plus haut niveau.
Une vague de migration sans précedent a commencé de Sînjar et les cantons de Rojava, exposés fortement aux attaques de Daesh, vers nos régions. Des milliers de de Yézidis se sont réfugiés dans les montagnes de Sînjar, pendant qu’environs 30 000 Yézidis la région kurde de Turquie à travers les villes frontalières de Habur, Yekmal et Roboski en marchanat à travers les montagnes pendant des jours entiers, sans eau ni nourriture.
Les réfugiés qui ont été d’abord temporairement placés dans les villes frontalières de la région kurde ont ensuite été replacé dans aires de logements (camps avec tentes, immeubles, maisons etc.) dans différentes villes, surtout à Amed (Diyarbakir, Mardin, Batman, Siirt et Viransehir avec l’aide de nos administrations locales, nos partis politiques et ONG.
Cependant, la coordination dans la région a commencé à rencontré de sérieux problèmes et le manque d’aide humanitaire pour les nouveaux migrants arrivant de Kobanê à travers Suruç ces derniers jours suite au conflit en cours est venu s’ajouter à cette situation hors du commun.
Nos données dans la région nous informe de la présence de 21 636 migrants Yézidis parmi lesquels 2840 d’entre eux sont placés dans les camps officels de l’AFAD dépendant du ministère de la Turquie. Les 18 796 Yézidis restant vivent dans des camps qui sont sous la coordination de nos administrations locales.
Comme conséquences des attaques incessantes de DAESH à Kobanê, et bien que le nombre de migrants ne sont pas clairs du aux retours et aux nouveelles arrivées de migrants, il y a eu une mobilité de migration d’environ 100 000 personnes en 23 jours selon des chiffres non officiels de la municipalité de Suruç. Ajouté à ce chiffres les anciennes migrations, le nombre total des migrants en provenance de Rojava a atteint les 200 000 personnes.
Ces migrants de Kobanê vivent dans des conditions précaires, dans les maisons des habitaux locaux, des écoles, des grand smagasins, et centres sans obtenir d’aide humanitaire officelle.
Les précédants réfugiés venant de Rojava vivent aussi dans des logements et des habitations de fortune dans des conditions sanitaires précoces et difficiles parce qu’il n’y a pas de zone de camp construit à cet effet et aucune aide officielle.
Le conflit actuel et la lutte des gens pour survivre dans ces condtions dures nécessitel’ouverture d’urgence d’un corridor humanitaire et d’un soutien nationale et internationale pour une aide.
La dernière frontière accessible étant sous menace d’attaques de DAESH nous font sérieusement craindre une génocide et une tragédie à Kobanê.
C’est dans ce contexte que nous faisons appel à vous, à nos amis et à l’opinion publique démocratique internationale à s’investir en tant que partie dans cette crise humanitaire, faire en sorte que notre voie soit entendue dans le monde au travers des communiqués de presse, articles, visites dans la région et les médias, afin de soutenir la lutte contre DAESH, rester solidaire et contribuer pour l’aide humanitaire.